À la une

Olivier Millet, Eurazeo : "Aucun effondrement du marché n’est à prévoir"

Private Equity – 27 octobre 2022

Les capitaux sont disponibles, et ce pour les 4 à 5 années à venir, selon le managing partner small-mid buyout & NovSanté du fonds d’investissement tricolore.

Continuer d’investir massivement dans l’économie française tout en identifiant des acteurs économiques capables de disrupter leur environnement : c’est la feuille de route fixée par Olivier Millet, membre du directoire d’Eurazeo et managing partner small-mid buyout & NovSanté. Avec ses 32,5 milliards d’actifs sous gestion, l’un des principaux fonds tricolores dispose de fonds “fermés” (dont les actifs restent bloqués jusqu’à la liquidation), à l’inverse des autres acteurs de l’equity, ce qui lui permet d’avoir une vision relativement stable sur le long terme.
Malt, Altaïr ou Vestiaire Collective, toutes ces entreprises ont effectué un tour de table auprès du groupe Eurazeo au cours des deux dernières années, pour des montants allant de 11,5 à 115 millions d’euros. Avec une enveloppe dotée d’un milliard d’euros pour les opérations en small-mid cap, le fonds tricolore poursuit sa politique d’investissements avec le même dynamisme. Au premier semestre 2022, les montants investis ont atteint, toutes opérations confondues, 2,9 milliards d’euros (versus 2,7 l’année précédente), et sont en progression. “Non seulement les capitaux sont bien disponibles, mais ils ne le sont pas uniquement pour les six prochains mois, mais pour les 4 à 5 années à venir”, précise Olivier Millet, qui dirige le département Small-mid buyout & NovSanté d’Eurazeo. À tous ceux qui prédisent un arrêt, voire un bouleversement du private equity en cette période d’incertitudes, sa réponse est claire : “aucun effondrement du marché n’est à prévoir”.

Le segment du small-mid cap très actif

Si les opérations en large cap touchant principalement le marché du growth et des ventures ont nettement ralenti, les deals de plus petites tailles sur le segment du small-mid cap se poursuivent en revanche avec la même intensité, et une prédominance pour les opérations de croissance externe. Ce qui inquiète le marché à l’heure actuelle reste principalement l’impact de la crise de l’énergie et de l’inflation sur les entreprises.

“Ce qui inquiète le marché à l’heure actuelle reste principalement l’impact de la crise de l’énergie et de l’inflation sur les entreprises”

Vont-elles survivre à ces nouveaux défis, tout juste après être sorties d’une pandémie mondiale ? Selon Olivier Millet, “il faut leur laisser le temps d’absorber ces chocs et d’y trouver des réponses avant d’en tirer des conclusions”. Avec une visibilité plus fine en fin d’année, tous les secteurs n’étant pas touchés de la même manière. À titre d’exemple, la cybersécurité et l’IT Services, deux secteurs en forte croissance (+11 % en 2021), tirent leur épingle du jeu sur un marché estimé à 4,2 milliards d’euros à l’horizon 2025.

Qualité managériale et transformation

Aux yeux d’Eurazeo, ce qui compte le plus dans la sélection des dossiers n’est plus tant le secteur d’activité que “la qualité managériale de l’entreprise, véritable pierre angulaire d’une levée de fonds”, confirme Olivier Millet. “Il faut de vrais capitaines à bord du navire, capables de recevoir de nombreux chocs, tout en continuant de se relever pour en encaisser de nouveau”, précise-t-il. La résilience comme maître mot, et le management au service du développement de l’entreprise. Certes, le système managérial a toujours été une donnée cruciale pour un dirigeant, mais son importance est de facto amplifiée lorsqu’il cherche à lever des fonds. Pour accompagner les dirigeants à travers les enjeux stratégiques, le groupe Eurazeo s’appuie sur des experts, pour la plupart des anciens cadres de grands groupes opérant dans les secteurs cibles. “Nous sommes une véritable boîte à outils, capable de répondre aux défis par une approche segmentée et sectorielle” indique Olivier Millet.

“La qualité managériale de l’entreprise, véritable pierre angulaire d’une levée de fonds”, confirme Olivier Millet”

Les enjeux de transformation – numérique et RSE en particulier – occupent une place de choix dans l’environnement actuel du private equity, et les fonds doivent désormais consolider leur portefeuille existant. Parmi les dernières prises de participation d’Eurazeo figurent notamment des sociétés dans le secteur de la santé (Medtech), la cybersécurité, les services financiers aux entreprises ou encore le courtage d’assurances. Le fonds est moins porté sur le “consumer” car les marchés sont extrêmement volatils. Sur ces opérations, les tickets d’entrée vont de 100 à 300 millions d’euros, et le fonds tricolore opère des choix stratégiques et prend des positions auprès d’opérateurs apportant une innovation dans leur secteur, et dans une logique d’internationalisation pour rivaliser avec les fonds américains ou asiatiques. Le prochain défi…

par Céline Valensi

Chiffres clefs
Investissements small cap réalisés dans les PME/ETI

2020 : 2 opérations / 203 millions d’euros
2021 : 3 opérations / 343 millions d’euros
2022 : 3 opérations / 194 millions d’euros

Ticket d’entrée : 100 à 300 millions d’euros

Entreprises cibles : PME/ETI

Approche multisectorielle (secteurs prioritaires la santé, la cybersécurité, les services financiers aux entreprises, le courtage d’assurances

Retrouvez l’article, les dossiers spéciaux et analyses dans le Nouvel Economiste